C'est à partir du travail de recherche de documents et de leur synthèse, effectué par Jean-Yves Marjou, un enfant de Caouënnec-Lanvézéac,  que cette page de présentation de l'histoire de la commune a été créée.

 

    Merci à lui de permettre la recopie ci-dessous des extraits de sa contribution à la connaissance de l'histoire communale.

 

    Caouënnec-Lanvézéac sont deux communes fusionnées, situées en Bretagne dans le département des Côtes d'Armor (22) près de Lannion.

 

    En Breton, Caouënnec-Lanvézéac se dit KAOUENNEG-LANVEZEG

 

Faits marquants depuis que Caouënnec et Lanvézéac sont devenues des communes

 

    D'après le "Dictionnaire des Communes - éléments d'histoire et d'archéologie" de 1990, voici les évènements que peut retenir la chronologie de Caouënnec-Lanvézéac :

 

1.      Le 16 janvier 1804, le territoire de la commune de Lanvézéac fut attaché, au point de vue religieux, à la succursale de Mantallot;  

 

2.      Le 17 juillet 1805, le territoire de Lanvézéac fut détaché de la succursale de Mantallot pour être réuni à celui de la succursale de Caouënnec.

 

Ainsi, contrairement à la plupart des autres communes, Lanvézéac n'a jamais été une succursale ni une paroisse, ni au XIXe ni au XXe siècle;  

 

3.      Pendant la nuit du 10 au 11 février 1881, un cyclone détruisit le clocher de Caouënnec, qui fut d'ailleurs relevé aussitôt;  

 

4.      Le 30 juin 1944, le groupe F.T.P.F. "La Marseillaise" attaqua un convoi militaire allemand au Pont-Albin, sur le Guindy, à la limite de Caouënnec et de Buhulien, et lui infligea des pertes importantes en hommes et en matériel.  

 


 

 

Caouënnec

 

    Caouënnec est limitée à l'ouest et au nord (de Kercongar au Carpont) par la rivière du Guindy, au nord-est (du Carpont à Kerloscant) par le ruisseau de Kermarquer, au sud-est (de Kerveven à Roudouvin) par le ruisseau du Roudouvin et au sud (de Roudouvin à Kercongar) par le ruisseau du Roudourou.

 

 entreebourg

Sous l'ancien régime, la paroisse de Caouënnec était une succursale de celle de Cavan au diocèse de Tréguier. Le "treff de Couhannec" possédait une église dès 1476 (Archives des Côtes du Nord, 1 E 2167).

   

 

    La première municipalité du nouveau régime y fut élue au début de 1790. La commune de Caouënnec fut réunie à celle de Lanvézéac par décret du 17 octobre 1974, avec chef-lieu à Caouënnec, à compter du 1er janvier 1975. 

 

    B. Tanguy dans son "Dictionnaire des Noms de Communes de Trèves et de Paroisses des CÔTES D'ARMOR" indique que le nom de Caouënnec est dérivé de celui de sa paroisse mère Cavan. En breton, ces toponymes signifient "plein de chouettes".

 

    D'autres auteurs ont dérivé Cavan et donc sa trève Caouënnec de Saint-Cavan, dit Saint-Haran à Plestin-les-Grèves.

 

    Le nom de Caouënnec se rencontre successivement sous la forme de Cavoennec en 1330, de Cauhannec en 1464, du treff de Couhannec en 1476, de Couanec en 1477, Couhaunec en 1478, de Couhennec en 1515, de Cauhanec en 1543, de Cauhennec en 1614 et 1682.

 

        Découvrez l'histoire de Cavan - Caouënnec sur cette page :

 

 


      Découvrez l'histoire plus complète de Caouënnec à travers l'histoire de ses seigneuries qui semblent s'être partagées le territoire avant La Révolution.

 

 

    Découvrez l'histoire de Caouënnec sous La Révolution.

 

 

     Découvrez l'histoire de Caouënnec au XIXème siècle.

 

 

   Les noms de villages ou de lieux-dits ont aussi quelquefois des origines liées à des faits historiques, retrouvez  quelques uns d'entre eux en cliquant ici

 

 


 

 

Lanvézéac

 

    Quant à l'ancienne commune de Lanvézéac, elle tire son origine de la paroisse du même nom dans le diocèse de Tréguier. Lanvézéac était une paroisse dès 1554 (Archives des Côtes du Nord, Grand évêché de Tréguier : rôle des décimes), mais cette paroisse devait avoir été érigée depuis peu car elle ne figure pas sur les listes antérieures (compte du 13 mars 1505 par exemple). 

 

    Lanvézéac appartenait avant la révolution au Regaire de Tréguier en tant que partie du fief de l'évêque de cette ville.

 

    Elle avait élu sa première municipalité le 1er mars 1790. Lors de sa fusion avec Caouënnec, elle était la moins peuplée des communes du département (68 habitants en 1968).

 

Voici une  vue d'ensemble de Lanvézéac

 

Lanvezeac vuegenerale2 vers1962 En haut de gauche à droite :
  • une maison à identifier,
  • le commerce (café, épicerie,...) de Mr et Mme François Omnès,
  • une chapelle à identifier.

Au milieu à gauche :

  • l'école de Lanvézéac, route de Quemperven

En bas, de gauche à droite :

  • une maison avec des personnes devant (ferme Le Goaziou ou moulin du Rohou?),
  • un calvaire (celui à la sortie du bourg de Lanvézéac vers Caouënnec et le Rohou?),
  • l'église et le calvaire vus du sud du cimetière,
  • le pignon ouest avec le clocher de l'église de Lanvézéac.

 

    Luzel relate dans ces contes inédits "Le Recteur de Lanvézéac" (collecté auprès de Marguerite Philippe en 1887). Ce conte est une satyre grossière tendant à faire croire que les prêtres des paroisses reculées étaient ignorants et simplets. 

 

Retour en haut de la page

 


 

 

Personnages célèbres

 

    Claude Rannou, né à Lanvézéac le 18 juin 1808,   instituteur et poète de langue bretonne, qui passa une grande partie de sa vie à Saint-Michel-En-Grève. Aussi en sera-t-il question dans la notice de cette dernière commune, où il est mort le 12 janvier 1869. Il était né à Lanvézéac le 18 juin 1808. (Pour plus de détails consulter ce site)

 

    Dom Maudez - René Le Cozannet, prédicateur, homme d'église, reconnu "saint prêtre" dans l'ouvrage consacré au "Diocèse de Tréguier - au début du XVIIIème siècle", a servi pendant 6 années de 1702 à 1708 la trève de Caouënnec, essentiellement pour dire les messes payées par Claude Monbré avant sa mort.. Dans le même ouvrage, il est dit que "Dom Maudez fut là ce qu'il avait été partout ailleurs, un prêtre de haute vertu et de grand zèle"

 

    Le Barzic Ernest (Pierre Marie) né à Caouënnec le 4 mai 1917, habitant à Castel Pic.Il est l’auteur de " Kalonou Tregeriad "publié par Brud Nevez en 1979 et de " Buhez Ha Faltazi "réédité par Brud Nevez en 1984. Dans ce dernier livre, il raconte sa jeunesse dans sa commune natale. Il se maria et vécut à Mur de Bretagne où il mourut le 2 décembre 1977.